Dire, demander, savoir dire non

Pratiquer l’art de bien communiquer va inévitablement influencer notre vie et permettre d’augmenter sa qualité. Ainsi affirmer son point de vue avec clarté et respect va nous préserver d’une dose de stress importante car nous sommes plus à même de résister aux diverses manipulations ou provocations des uns ou des autres, aux sollicitations non souhaitées dans notre vie personnelle comme dans notre vie professionnelle, nous pouvons nous affirmer face à nos collègues, supérieurs hiérarchiques et développer un climat d’ouverture et d’enrichissement autour de nous. Nous gagnons en confiance et en assurance. Posséder une bonne confiance en soi nous permet de demander un conseil, une aide, de formuler une critique ou un message difficile sans porter atteinte à notre interlocuteur. Cela nous permet aussi d’apprendre à dire non et de prendre en compte nos propres besoins et désirs et par la même augmenter notre estime. Mais cela implique en contrepartie de prendre nos responsabilités face à nos actes et à nos paroles.

Si en apparence dire les choses semble simple, il n’en est pas toujours ainsi. Il nous arrive de nous taire face à une remarque désobligeante et de ruminer ensuite cette critique en nous ou bien de venir nous lamenter auprès d’une autre personne qui n’a rien à voir dans cette affaire et que nous encombrons avec un message négatif, alors qu’il aurait été beaucoup plus judicieux de nous exprimer face à la personne concernée. Cette retenue peut être dictée par un souci de délicatesse mais aussi par la peur de la réaction de l’autre.

Quand nous hésitons à donner notre avis, c’est souvent à cause de la peur du jugement des autres ou la peur du ridicule. Cependant il est impossible de plaire à tout le monde. Et d’autre part en cherchant à ne contrarier personne, on aboutit souvent au fait d’être mal jugé par beaucoup de monde. Nous sommes tous différents et par conséquent nous avons chacun nos propres avis, opinions, idées, croyances et nous pouvons les exprimer simplement, sans agressivité, sans crainte et avec respect.

De la même façon, nous ne pouvons pas tout connaître, et donc demander des informations, poser des questions sur ce que nous ne savons pas fait preuve d’intelligence, de curiosité et d’éveil. Les autres ne sont pas censés savoir ou deviner ce que nous souhaitons ou ce dont nous avons besoin, aussi il est important d’oser demander un service, du réconfort, un cadeau tout en sachant auparavant que l’autre peut aussi dire non et que ce non ne signifie aucunement un rejet en tant que personne. Il est simplement libre d’accepter ou de ne pas accepter. Mais si on ne demande pas, on est à priori sûr de ne pas avoir ce que l’on aimerait.

Beaucoup de personnes reconnaissent leur incapacité à dire non, aussi il est nécessaire d’apprendre à dire non. Notre oui n’a de sens que si nous sommes capables dire non. Et comme nous l’avons abordé dans l’article précédent, le fait de nier ce que nous souhaitons réellement conduit à la frustration voir même à la colère et la relation peut alors devenir équivoque, tendue et  peut même, par la suite, devenir conflictuelle.

Comment dire non avec plus de facilité :

  1. Prendre notre temps :
    Nous ne sommes pas obligés de répondre dans l’urgence. Prendre notre temps permet de nous interroger sur ce que nous ressentons véritablement et permet de savoir ce que le oui ou le non implique pour nous : « Supposons que je dise oui, comment je me sens ? et si je dis non ? » Le bien-être ou le mal-être perçu sera une bonne indication.
    .
  2. Définir nos limites :
    C’est évaluer ce qui est acceptable et inacceptable pour nous.
    .
  3. Donner les raisons véritables de notre refus et éviter de nous justifier :
    En effet, Le type de relation que nous allons engendrer à partir de nos mensonges « polis » risque fort de nous décevoir chaque jour davantage, d’où l’importance de donner la vraie raison. (Ex : « Je t’ai donné ma raison, si elle ne te convient pas, je ne peux rien faire de plus »). Au lieu de mentir, ou de nous lancer dans de longs discours, mieux vaut nous contenter d’un simple : « Non, je ne peux pas ». Plus l’explication est courte, plus elle est convaincante.
    .
  4. Nous donner l’autorisation de changer d’avis :
    Beaucoup de « oui » sont extorqués par la manipulation, aussi il est tout à fait légitime de revenir sur notre avis : « Écoute, j’ai repensé à ce que tu me demandes et en fait, je t’ai dit oui trop vite. A la réflexion, ça ne m’intéresse pas du tout ».

Réussir à dire non, c’est retrouver notre harmonie intérieure et nous offrir un espace de liberté et de choix.} else {